Les femmes dans les métiers et professions traditionnellement masculins : une réalité teintée de stéréotypes de genre nécessitant une analyse critique, systémique, comparative et multidisciplinaire

Ayant recensé majoritairement des études réalisées à partir de données statistiques globales, utilisant des méthodes quantitatives ne permettant pas de documenter en profondeur les aspects étudiés ou de montrer les interdépendances entre les divers éléments répertoriés, la présente recherche vise à réaliser un portrait approfondi et comparatif des facteurs liés à la progression et à la rétention des femmes dans des métiers et professions traditionnellement réservés aux hommes au Québec. Cette analyse critique, systémique, comparative et multidisciplinaire mettra à profit la richesse de plusieurs méthodes et approches afin de documenter divers aspects des professions et métiers ciblés dans 6 secteurs d’activités : sciences et génie; santé; droit et sécurité publique; finances; éducation et orientation; santé et sécurité au travail.

Une recension des écrits, des groupes nominaux, des entrevues individuelles et un sondage seront réalisés selon deux approches théoriques (féministe et développement de carrière) permettant une combinaison originale de variables. Le projet s’appuie sur une équipe scientifique multi-facultaire de l’Université Laval, favorisant une convergence des connaissances, expertises et traditions de recherche en études féministes (Sophie Brière, Hélène Lee-Gosselin), en études des trajectoires professionnelles (Geneviève Fournier, Liette Goyer, Dominique Tanguay) et en lien avec les secteurs d’activités liés aux métiers et professions ciblées (Claire Deschênes, Sylvie Dodin Dewailly, Anne-Marie Laflamme, Lucie Héon et Pierre-Sébastien Fournier).

Les résultats seront diffusés à travers les canaux organisationnels et scientifiques existants et par des activités conjointes organisées spécifiquement pour les besoins de cette recherche.

Commentaires