Comment prévenir le stress : 3 niveaux de prévention

Comment prévenir le stress : 3 niveaux de prévention

Les actions de prévention

Plusieurs actions de prévention peuvent être posées pour prévenir les problèmes de stress au travail. À cet égard, deux types d’activités peuvent être instaurées. D’abord ceux qui mettent l’accent sur l’organisation et l’environnement de travail (prévention primaire) dont l’objectif est d’éliminer le risque à la source, puis ceux centrés surtout sur l’individu (prévention secondaire et tertiaire) qui s’attaquent davantage aux conséquences du stress au travail.

Le but des programmes de prévention secondaire est d’aider les employés à gérer les exigences du travail plus efficacement en améliorant leurs stratégies d’adaptation aux stresseurs ou en soulageant les symptômes du stress.

Pour ce qui est des interventions de niveau tertiaire, elles ont pour objet le traitement, la réhabilitation, le processus de retour au travail et le suivi des individus qui souffrent ou ont souffert de problèmes de santé psychologique au travail et ce, toujours dans la perspective de diminuer les conséquences du stress. Plusieurs recensions d’écrits sur les programmes de prévention du stress et des problèmes de santé psychologique au travail mentionnent la dominance des programmes de prévention secondaire et tertiaire (centrés sur l’individu) plutôt que primaire (centrés sur l’organisation).

Même si les approches de prévention centrées sur les individus peuvent s’avérer utiles et nécessaires, elles ne tiennent pas toujours compte des caractéristiques de l’environnement de travail. En effet, elles reconnaissent la présence d’éléments pouvant engendrer des problèmes de santé psychologique au travail dans l’organisation sans toutefois chercher à les modifier ou à les éliminer. Les stratégies de prévention secondaire et tertiaire ne modifient pas l’organisation du travail, puisqu’elles ciblent davantage les conséquences que les sources du problème.

 

La prévention de niveau primaire

La prévention primaire vise la réduction, le contrôle ou l’élimination proprement dite des sources de problèmes de santé psychologique au travail. On tente ainsi de réduire les impacts négatifs des facteurs de risque organisationnels sur les individus. Ce type d’intervention touche directement l’environnement ou la situation de travail et par le fait même, l’organisation et les pratiques de gestion et de travail. Les principales stratégies de prévention proposées sont :

  • Tenir régulièrement des réunions d’équipe : Les réunions d’équipe peuvent constituer une occasion d’échange et ainsi améliorer les relations entre les employés et avec le supérieur. Elles peuvent aussi permettre de reconnaître le travail accompli et les efforts fournis. Elles représentent également une opportunité de rappeler ou de préciser les rôles et les tâches de chacun, contribuant ainsi à diminuer l’ambiguïté et les conflits de rôle.
  • Encourager un style de management participatif : L’organisation peut décentraliser le processus décisionnel et augmenter ainsi le niveau de participation des travailleurs au processus décisionnel. Cette façon de faire peut avoir un impact positif sur leur sentiment d’appartenance à l’organisation.
  • Reconnaître le travail réalisé : La reconnaissance du travail des employés et des gestionnaires est un levier important pour favoriser un bon équilibre psychologique. Cette reconnaissance doit se manifester au quotidien à travers des gestes simples et significatifs.
  • Inclure les travailleurs dans le cheminement de carrière : L’organisation peut offrir aux travailleurs des outils leur permettant d’identifier leurs forces, leurs faiblesses, leurs intérêts et leurs buts professionnels. Ils seront ainsi plus en mesure de prendre en charge leur cheminement de carrière.
  • Établir des horaires de travail flexibles : L’organisation peut donner plus de discrétion aux travailleurs quant à la gestion de leur temps de travail. Il leur sera ainsi plus facile de concilier leur vie personnelle et leur vie professionnelle.
  • Améliorer les conditions physiques de travail : Où cela s’avère possible, l’organisation peut réduire à leur minimum notamment les niveaux de bruit, de chaleur ou reconsidérer l’éclairage, le nombre de travailleurs dans un espace, les fournitures et équipements utilisés, etc. Ces facteurs influencent le climat et l’environnement de travail et peuvent, par conséquent, améliorer le confort des individus et leur niveau de performance au travail.

 

La prévention de niveau secondaire

La prévention secondaire consiste, d’une part, à informer les individus sur divers thèmes reliés à la problématique de la santé psychologique au travail et, d’autre part, à les aider à développer des stratégies individuelles d’adaptation pour mieux gérer les situations à risque. Les activités de sensibilisation vont, entre autres, faire prendre conscience aux individus des facteurs qui peuvent nuire à leur santé psychologique. Les programmes de développement des habiletés ont comme objectif d’augmenter le niveau de connaissance et d’habileté des employés et des gestionnaires pour les aider à gérer les exigences du travail plus efficacement, soit en améliorant leurs stratégies d’adaptation au stress (p.ex. gestion du temps, restructuration cognitive), soit en soulageant les symptômes du stress (p.ex. relaxation, exercice physique). Cette démarche ne modifie aucunement l’organisation; elle est essentiellement orientée sur la limitation des dommages. Le contenu et la forme de ces interventions peuvent varier considérablement. En voici quelques exemples:

  • Activités de sensibilisation : Ce sont des activités simples, mais qui peuvent favoriser une prise de conscience chez les travailleurs. Il peut s’agir de mémos par le biais du courrier électronique, de dîners-conférences, d’ateliers ou de séminaires sur la santé psychologique au travail.
  • Programmes de développement des habiletés : Ce sont des programmes offerts par l’entreprise qui permettent de renforcer les ressources de la personne pour l’aider à accroître son niveau de résistance aux situations pouvant engendrer des problèmes de santé psychologique au travail. Ils comportent généralement quatre types d’activités.
  • Les activités de relaxation qui consistent notamment en des séances de méditation, de respiration ou toute autre forme d’activité pouvant favoriser la détente
  • Les activités de restructuration cognitive qui font prendre conscience aux individus qu’ils peuvent modifier leurs perceptions et réactions face aux différentes situations à risque afin d’en diminuer l’impact
  • Les activités favorisant une modification du style de vie, par exemple, des séminaires sur la gestion du temps, du stress ou des conflits
  • Les activités qui ont pour but l’amélioration de la santé générale des individus par de l’exercice physique, des habitudes alimentaires saines, des exercices pour favoriser un sommeil réparateur, etc.

 

La prévention de niveau tertiaire

La prévention de niveau tertiaire a pour objet le traitement, la réhabilitation, le processus de retour au travail ainsi que le suivi des individus qui souffrent ou ont souffert de problèmes de santé psychologique au travail. Ces stratégies sont souvent associées aux programmes d’aide aux employés (PAE) ou autres programmes du même ordre. Elles incluent généralement des services pour conseiller les travailleurs et les orienter, si besoin est, vers des spécialistes. Ces services sont volontaires, confidentiels et disponibles en tout temps. Bien que la quantité et la qualité des services offerts varient d’une entreprise à l’autre, ils permettent généralement aux individus qui éprouvent des difficultés d’ordre personnel ou reliées au travail d’obtenir de l’information, de l’aide et du soutien de la part de conseillers internes ou externes à l’organisation.
Capture d’écran 2016-08-28 à 15.28.22

 

Commentaires