Investir dans la richesse la plus importante de l’organisation : Reconnaître ses collègues

Investir dans la richesse la plus importante de l’organisation : Reconnaître ses collègues

 

L’importance de la santé mentale au travail est de plus en plus reconnue par les organisations puisque les statistiques et la littérature scientifique démontrent sa portée. Maintenant, les actions et les programmes envisagés pour promouvoir la santé organisationnelle sont nombreux et la reconnaissance au travail devrait être une part intégrante de ces démarches.  D’ailleurs, l’étude de Brun, Biron, Martel & Ivers (2003) a relevé le manque de reconnaissance de l’entourage parmi les 4 facteurs associés aux risques les plus élevés pour la santé mentale. La reconnaissance devrait également être considérée comme un aspect critique pour la performance des organisations. De plus en plus d’entreprises instaurent des programmes spécifiquement dédiés à la reconnaissance et intègrent ce concept à leurs valeurs organisationnelles. Toutefois, selon un sondage réalisé aux États-Unis, seulement 47% des travailleurs se disent satisfaits des pratiques de reconnaissance mises en place par leurs employeurs (American Psychological Association, 2014). Même si les entreprises sont nombreuses à avoir instauré des programmes de reconnaissance, ces derniers doivent répondre aux besoins exprimés par les employés afin d’obtenir l’effet escompté.

Plus précisément, la reconnaissance est une notion importante pour les employés puisqu’elle agit directement sur les éléments suivants :

  • Identité : La reconnaissance contribue à la création de l’identité
  • Santé mentale : La reconnaissance augmente l’estime de soi de l’employé
  • Motivation : La reconnaissance incite l’employé à s’investir dans son travail
  • Sens du travail : La reconnaissance permet à l’employé de se sentir utile au travail
  • Dimension relationnelle : La reconnaissance améliore le climat de travail
  • Développement personnel : La reconnaissance est un besoin à combler chez l’employé

Il s’agit également d’une préoccupation grandissante pour les organisations puisqu’elle affecte les éléments suivants :

  • Mobilisation du personnel
  • Engagement des membres de l’organisation

De plus, une étude réalisée récemment a démontré que le fait de reconnaître formellement un employé amène des changements positifs dans la performance individuelle et collective de ses collègues (Li, Zheng,  Harris, Liu & Kirkman, 2016). Par ailleurs, selon les données obtenues par l’Amercican Psychological Association (2014), les employés qui se sentent estimés sont plus susceptibles d’avoir une bonne santé mentale générale et d’être moins stressés au cours de leur journée de travail.

Les individus constituent la richesse la plus importante de l’organisation, d’où l’importance de reconnaître leur contribution au processus de travail. Les différents intervenants oeuvrant dans le monde du travail doivent tenir compte de ce principe et tenter de répondre aux besoins des travailleurs en matière de reconnaissance. Il faut préciser que les entreprises devront s’adapter en matière de reconnaissance puisqu’en 2020, elle proviendra :

  • 45% des collègues
  • 20% des clients
  • 16% du patron

D’ailleurs, selon une étude effectuée auprès de 1831 employés, l’effet de la reconnaissance au travail sur le fonctionnement psychologique positif est deux fois plus grand lorsqu’elle provient des collègues plutôt que du superviseur (Merino & Privado, 2015).

En fait, l’avenir des entreprises est tributaire de la santé physique et psychologique des membres de l’organisation. Il est donc impératif de questionner ses employés sur la façon dont ils désirent être reconnus ainsi que créer un climat où la reconnaissance est encouragée sous ses différentes formes.

 

Références

American Psychological Association (2014). Work and Well-Being Survey. Repéré à http://www.apaexcellence.org/assets/general/2014-work-and-wellbeing-survey-results.pdf

Brun, J.-P., Biron, C., Martel, J. & Ivers, H. (2003). Évaluation de la santé mentale au travail : une analyse des pratiques de gestion des ressources humaines (Rapport No. R-342). Montréal, Québec : Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail.

Li, N., Zheng, X., Harris, T. B., Liu, X., & Kirkman, B. L. (2016). Recognizing “Me” Benefits “We”: Investigating the Positive Spillover Effects of Formal Individual Recognition in Teams. Journal of Applied Psychology. http://dx.doi.org/10.1037/ apl0000101

Merino, D. & Privado, J. (2015). Does Employee Recognition Affect Positive Psychological Functioning and Well-Being ?. Spanish Journal of Psychology, 18 (64), 1–7. doi:10.1017/sjp.2015.67

Commentaires

Gautier a commenté le 05 mars 2017

C'est inquiétant qu'il faille des spécialistes, des recherches, des thèses, etc, pour mettre en avant des choses évidentes de la vie. Gravement inquiétant. On verra bientôt un article qui explique en quoi il est important de parler sa langue maternelle au vu des bienfaits de la communication entre humains.